Recherche

AFRICAN GUARANTEE FUND ET LE FONDS NORDIQUE DE DÉVELOPPEMENT ORGANISENT UNE CONFÉRENCE SUR LA FINANCE VERTE POUR ABORDER LE FINANCEMENT DES PME VERTES ET LES DÉFIS CLIMATIQUES AU NIGERIA

African Guarantee Fund, en collaboration avec le Fonds nordique de développement (NDF), a organisé la 9ème édition de la Conférence sur la finance verte sous le thème : « Le rôle du secteur privé africain dans l’Accord de Paris sur le changement climatique ». La conférence a rassemblé des représentants gouvernementaux, des cadres supérieurs d’institutions financières, des acteurs clés chargés de la réglementation et des politiques, et des PME vertes pour discuter des synergies vertes.

La conférence sur la finance verte a permis à toutes les parties prenantes de dialoguer et de présenter les nombreux avantages que les PME vertes peuvent apporter à l’économie du Nigéria, tout en renforçant leur compréhension du mécanisme de garantie verte de AGF et de la manière dont il permet aux banques de prêter à des projets verts et intelligents sur le plan climatique.

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture, le directeur général du groupe AGF, Jules Ngankam, a souligné que la Conférence sur la finance verte est une réponse cruciale aux défis posés par le changement climatique dans le cadre des Contributions déterminées au niveau national (CDN), avec pour objectif de fournir une expertise accrue à l’Afrique tout en proposant des solutions pratiques pour aborder le financement des Petites et moyennes entreprises engagées dans la croissance verte et le développement résilient au changement climatique.

« Notre objectif est d’aider les banques à améliorer, augmenter ou développer leurs portefeuilles verts. Grâce à la combinaison de notre garantie verte et de notre soutien au développement des capacités, nous sommes en mesure de combler le fossé des connaissances entre les institutions financières et leurs clients. Il ne s’agit pas seulement pour les PME de comprendre comment fonctionne le processus de prêt, mais aussi pour les experts financiers d’apprendre comment elles peuvent fournir des solutions adaptées aux besoins des PME », a déclaré Jules Ngankam.

Grâce au soutien du NDF, AGF a pu soutenir les institutions financières par le biais de son mécanisme de partage des risques, qui est essentiel pour inciter les banques à fournir des financements verts aux PME. Satu Santala, directeur général du FDN, a déclaré : « Nous sommes déterminés à financer une croissance verte et inclusive, à faible émission de carbone et résiliente au changement climatique, des économies africaines afin d’améliorer les moyens de subsistance des communautés. Les partenariats sont au cœur de l’approche du NDF en matière de financement vert et le secteur privé africain joue un rôle essentiel dans l’action climatique et la création d’emplois. »

Le président du Chartered Institute of Bankers of Nigeria, Dr. Kenneth Opara, dans son discours de bienvenue, a noté le rôle important que joue le secteur privé dans le changement climatique dans l’Accord de Paris, soulignant que le secteur privé joue un rôle central dans le déblocage d’une nouvelle croissance, la création d’emplois et l’agriculture durable.

« Nous espérons que les efforts déployés pour lutter contre le changement climatique ouvriront de nouvelles perspectives de croissance verte et de création d’emplois, allant des énergies renouvelables et des technologies propres à l’agriculture durable. Il existe d’innombrables possibilités pour le secteur privé de trouver la solution privée requise permettant d’offrir des avantages environnementaux, sociaux et économiques », a déclaré M. Opara.

La conseillère spéciale du gouvernement de l’État de Lagos pour le changement climatique et l’économie circulaire, Mme Titilayo Oshodi, s’exprimant au nom du secrétaire du gouvernement de l’État, a souligné la nécessité d’une plus grande sensibilisation aux effets du changement climatique. «Il s’agit d’un facteur déterminant dans la manière dont nous commençons à gérer notre environnement, dont nous commençons à agir, et dont nous devons prendre des mesures pour garder notre environnement sain, sûr et respectueux du climat. Nous devons commencer à exprimer les opportunités inhérentes à la richesse que nous générons ».

La conférence a été suivie d’une formation de trois jours sur le financement vert pour les institutions financières, en mettant l’accent sur la chaîne de valeur du financement vert, l’évaluation des risques et les exigences réglementaires nécessaires pour répondre à la demande croissante d’adaptation climatique au Nigeria.